Anish Kapoor chez Le Corbusier

La Biennale d’Art Contemporain de Lyon 2015 s’achève bientôt (le 3 janvier), mais à défaut de vous en parler longuement, j’aimerais faire un zoom sur un des événements périphériques qui m’a le plus plu et dont vous avez encore quelques jours pour profiter, l’exposition Anish Kapoor chez le Corbusier.

2015-12-19 Anish Kapoor chez Le Corbusier (15)

 

L’exposition n’est pas localisée à Lyon même, mais à une trentaine de minutes de voiture, en pleine campagne, à Eveux près de l’Arbresle. C’est dans ce petit village d’à peine plus d’un millier d’âmes que le célèbre architecte Le Corbusier a construit dans les années 50 un couvent pour les frères dominicains. Occupée au départ par une petite centaine de frères, le couvent Sainte Marie de la Tourette ne s’est ouvert au public qu’à partir de 1970. Il a été classé monument historique en 1979, et il accueille encore aujourd’hui une dizaine de moines en permanence, des gens qui souhaitent faire une retraite temporaire, ainsi que des messes ouvertes au public le dimanche.

2015-12-19 Anish Kapoor chez Le Corbusier (01)

Depuis quelques années, le frère Marc Chauveau, un des moines résident au couvent et historien de l’art (l’Ecole du Louvre) organise des expositions d’art contemporain au sein du Couvent. Son but est de d’ « exposer des œuvres d’art dans une œuvre architecturale, celle de Le Corbusier » comme il aime à dire, pour les mettre en résonance. Cette fois, il a décidé d’inviter le sculpteur britannique d’origine indienne Anish Kapoor à installer quelques œuvres au sein du bâtiment de Le Corbusier.

L’œuvre d’Anish Kapoor, du moins dans cette exposition, peut se scinder en deux parties relativement distinctes. La première partie que l’on découvre en pénétrant dans le couvent est peut-être la plus connue de l’artiste indien, avec des sculptures à base de miroir concaves et convexes qui permettent un jeu avec la lumière déjà très présent dans le bâtiment grâce aux immenses baies vitrées (dessinées suivant le rythme d’une partition du compositeur contemporain et architecte Iannis Xenakis, collaborateur de Le Corbusier). Ces miroirs reflètent à la fois l’intérieur comme l’extérieur, avec des distorsions qui évoluent au fil du déplacement des spectateurs, qui deviennent ainsi acteurs à part entière de l’œuvre. Ne serait-ce pas là une symbolique parfaite pour un bâtiment dédié au spirituel ?

2015-12-19 Anish Kapoor chez Le Corbusier (09)

2015-12-19 Anish Kapoor chez Le Corbusier (14)

2015-12-19 Anish Kapoor chez Le Corbusier (21)

2015-12-19 Anish Kapoor chez Le Corbusier (23)

Dans la deuxième partie de l’exposition, on retrouve plutôt des sculptures à base de bois, mais surtout de cire, de silicone ou de pigment rouges. Ces œuvres beaucoup plus charnels renvoient cette fois non plus à la lumière qui pénètre le bâtiment, mais plutôt à texture très rugueuse du crépi qui en recouvre les murs. On n’est plus dans la perfection et le lisse, mais bien dans une matière vivante, qui rappelle l’organique de part sa couleur rouge. Cette couleur très profonde nous renvoie à la religion, mais aussi à la chair. Encore une fois, le symbolisme n’est pas loin, et l’on pense rapidement à la Passion.

2015-12-19 Anish Kapoor chez Le Corbusier (25)

Je ne suis pas croyant, mais j’aime beaucoup ce couvent chargé d’une histoire totalement différente des édifices religieux que l’on a l‘habitude de visiter. Et l’œuvre d’Anish Kapoor s’intègre merveilleusement bien dans ce lieu. Je vous invite donc à vous aller visiter cette exposition avant sa fermeture.

Attention, il ne vous reste plus beaucoup de temps car le couvent ferme quelques jours pour Noël. En gros il ne vous reste que demain (mercredi 23), jeudi 24 décembre, et samedi 2 ou dimanche 3 janvier. Concernant les visites guidées, c’est un petit peu au petit bonheur, je vous souhaite de croiser le chemin de frère Marc qui est intarissable sur le sujet.

Pour ceux qui n’auraient pas le temps d’y aller avant le 3 janvier, sachez que le lieu est intéressant en tant que tel, alors n’hésitez pas.

Plus d’informations sur l’exposition sur le site de la Biennale ou sur le site du Couvent de la Tourette (très complet sur l’histoire du bâtiment, les expositions précédentes, etc…), ainsi que sur sa page facebook.

.

Retrouvez également des informations complémentaires sur le blog Art Design Tendance de mon ami François.

.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *