Biennale de la Danse 2014

Si vous me suivez sur Instagram, vous avez probablement vu que j’ai passé de super vacances en Islande. Avant que je ne vous en parle un peu plus, revenons un peu à l’actualité culturelle lyonnaise. En effet, depuis aujourd’hui a débuté la 16ème Biennale de la Danse qui se tiendra à Lyon et dans la région jusqu’au 30 septembre.

Visuels Biennale de la Danse

.

Pour cette nouvelle édition, la directrice artistique Dominique Hervieu a eu le temps de prendre ses marques (elle était arrivée seulement un an avant la précédente édition), mais pour autant, la biennale n’a, une fois encore, pas réellement de thème.

Pendant ces 20 jours, 45 spectacles se succéderont dans la ville de Lyon et même aux alentours. Et comme souvent, tous les styles de danse seront représentés. Je ne connais pas assez bien la danse pour vous faire une sélection, mais j’ai quand même repéré quelques grands noms, comme William Forsythe, Mourad Merzouki, le Ballet de Lorraine, Maguy Marin, Benjamin Millepied, Jan Fabre, Accrorap, ou James Thierrée qui annoncent une bonne cuvée.

Outre la danse, la Biennale introduit cette année deux nouvelles disciplines connexes.

Le cirque tout d’abord, avec par exemple Tabac Rouge, le nouveau spectacle de James Thierrée (fils de Jean-Baptiste Thierrée et Victoria Chaplin (le Cirque Invisible), elle-même fille de Charlie Chaplin) qui a l’air magique, ou des compagnies plus traditionnelles comme Compagnie XY, Claudio Stellato, Yohan Bourgeois (dont le spectacle d’acrobatie Celui qui tombe, a l’air génial) ou Alessandro Sciarroni (jonglage).

Tabac Rouge - james Thiérrée

Tabac Rouge, James Thiérrée, © Richard HAUGHTON

.

La performance ensuite, en recréant notamment des pièces restée célèbres, comme Relâche, happening ciné-danse mis en scène en 1924 par Francis Picabia, René Clair et Erik Satie, ou encore avec Magical, un ensemble de 5 performances historiques réalisés par des femmes dans les années 60-70 : Yoko Ono (1964), Valie Export (1967), Carolee Schneemann (1975), Martha Rosler (1975) et enfin Marina Abramović (1976). Le célèbre metteur en scène belge Jan Fabre viendra également représenter une de ses œuvres fondatrices, C’est du théâtre comme c’était à espérer et à prévoir, qui dure 8 heures… Mais les jeunes chorégraphes qui abordent la performance ne sont pas oubliés, c’est le cas par exemple de Noé Soulier ou François Chaignaud.

Probe von "This is theatre how it was to be expected" von Jan Fabre

This is theatre like it was to be expected and foreseen, compagnie Troubleyn, Jan Fabre, © Wonge Bergmann

.

Vous pouvez voir l’ensemble de la programmation sur le site de la Biennale et comme d’hab, voici le petit teaser qui va bien, sur une musique d’un petit gars du coin que vous connaissez probablement …

.

Pour ma part, je pense aller voir le spectacle Il n’est pas encore minuit, par la Compagnie XY. Cette troupe de désormais 22 acrobates adeptes des portés acrobatiques mélange cirque et danse de la façon la plus extraordinaire qu’il soit.

Le grand C

Compagnie XY, © Christophe Raynaud de Lage

Et pour la partie danse, a proprement parler, je pense que Récital à 40, de Mourad Merzouki par le Centre Chorégraphique Pôle Pik de Bron me plairait, vu comment j’avais aimé Yo Gee Ti, le spectacle qu’il avait donné il y a deux ans. J’enchainerais probablement avec LA Dance project, le spectacle de Benjamin Millepied (qui a fait sa formation de danseur au CNSMD de Lyon et qui va bientôt prendre le poste de directeur de la danse à l’Opéra de Paris).

Reflections

L. A. Dance Project, Benjamin Millepied, © Benjamin MILLEPIED

.

Notez également la date de dimanche 14 septembre pour le traditionnel Défilé dont ce sera la 10ème édition. Comme 2014 est décidément l’année du Brésil (même si la coupe du monde est déjà loin), ce sera le thème du Défilé. Retour aux sources, donc, puisque c’était également le thème du premier défilé, imaginé par Guy Darmet en 1996, qui s’inspirait des écoles de samba brésiliennes où tout le monde se retrouve autour d’une passion commune, la danse.

A l’issue du Défilé, ne partez pas tout de suite, dirigez-vous plutôt vers la Place Bellecour où vous pourrez assister à une version augmentée de Swan Lake (Le lac des cygnes) par Dada Masilo. Vous serez ensuite invités à danser une samba tarentelle au son des 500 musiciens de SambaSax. Vous pouvez d’ailleurs vous entrainer avec la vidéo que vous trouverez ici.

Vous trouverez évidemment toutes les infos sur le site internet de la Biennale, ou sur la page facebook.

.

Tags:
, ,