Wes Anderson au Musée Miniature et Cinéma

Je dois vous avouer que je n’étais jamais rentré dans le Musée de la miniature et du cinéma de Lyon. Pourtant, comme il est situé en plein milieu du Vieux Lyon, dans la rue Saint Jean, je suis passé devant un nombre incalculable de fois et vous probablement aussi. Ce qui m’a fait me décider, malgré les vacances et le monde, c’est l’exposition de maquettes de films de Wes Anderson.

Musée-miniature-affiche

Le Musée Miniature et Cinéma est en fait composé de deux parties : une exposition de scènes de miniatures hyperréalistes fabriquées en partie par Dan Ohlman, le créateur du musée, et une exposition de décors, maquettes, costumes, masques et animatroniques ayant véritablement servis dans des tournages de films, que Dan Ohlman a patiemment récupérés au fil des années (le musée est ouverts depuis 2005).

Le parcours commence au sous-sol avec la reconstitution des décors du film Le Parfum, réalisée en 2006 d’après le livre de Patrick Süskind. Après le tournage, les décors ont été rapatriés à Lyon et ont été superbement adaptés aux caves voutées de l’immeuble Renaissance qui abrite le musée. C’est très impressionnant de voir la minutie avec laquelle les préparateurs ont façonné tous ces objets.

Musée-miniature-01

Musée-miniature-02

On rentre ensuite dans le vif du sujet avec de nombreux costumes ayant été utilisés dans des films de genre, de science-fiction, etc… Le parcours est agrémenté de quelques explications sur les techniques des effets spéciaux (fonds verts, par exemple) et c’est assez intéressant de voir tous les détails. Le clou de cette zone est probablement la Reine Alien en chair et en os (ou plutôt en métal et en résine / silicone) en partie animée. Comme elle fait bien 3 mètre de haut, c’est assez impressionnant et lorsqu’elle sera complètement restaurée (prévu pour février) elle le saura probablement encore plus.

Musée-miniature-03

Musée-miniature-04

Musée-miniature-woocares-02

Musée-miniature-05

Tous ces objets ont été récupérés par le musée, probablement juste avant leur destruction. C’est un peu la même idée pour les décors des films de Wes Anderson, et notamment pour The Grand Budapest Hotel. Wes Anderson ayant eu vent de l’existence du musée (probablement lors d’un de ses passages à Lyon pour présenter un de ses films), il a proposé qu‘une partie soit exposée dans le musée.

C’est ainsi que l’on peut voir la maquette de la façade du fameux Grand Budapest Hotel, qui n’existe pas dans la réalité. Cette façade a elle seule à demandé 3 mois de travail à une équipe de 15 personnes. Il faut dire qu’elle fait quand même 4 m de long, 3 m de haut et pèse plus de 250kg. C’est son créateur, Simon Weisse, un français établi à Berlin depuis des années qui est venu l’installer lui-même, sous la surveillance des studios 20th Century Fox.

On trouve aussi dans cette exposition des maquettes pour les scènes tournées dans la montagne (où l’on apprend que les acteurs ont joué sur fond vert et on été incrustés par la suite..) ainsi que des décors et des figurines des personnages d’un autre grand succès de Wes Anderson, Fantastic Mr Fox. Ce film sorti en 2010 et inspiré d’une nouvelle de Roald Dahl (Charlie et la Chocolaterie) a été réalisé en stop-motion (image par image) et il a nécessité plus d’un an de tournages et la prise de plus de 620 000 photos.

Musée-miniature-06

Musée-miniature-07

Musée-miniature-08

Musée-miniature-09

Musée-miniature-10

Simon Weisse chef maquettiste de Wes Anderson_extra_light

Simon Weisse chef maquettiste de Wes Anderson – crédit Musée de la Miniature et du Cinéma

On termine la visite du musée avec les miniatures à proprement parler. Une centaine de scénettes ont été reproduite, généralement à l’échelle 1/12ème. Ca a un léger côté kitsch, mais qui est largement surpassé par l’étonnement et l’émerveillement de la minutie. Il faut entre 4 et 15 mois pour réaliser une scène, surtout quand on a le souci du détail.

Musée-miniature-11

Musée-miniature-12

.

L’exposition Wes Anderson dure jusqu’au 31 mars mais le musée mérite une visite même après l’expo (qui est somme toute assez réduite). Plus d’infos sur le site internet du musée ou sur sa page facebook.

Retrouvez également d’autres photos sur le blog de Cloporte.

 .