Biennale d’art contemporain de Lyon : La Vie Moderne

Vous n’avez pas pu la rater, elle s’affiche en 4 par 3 partout dans la ville, c’est le retour de la 13ème Biennale d’Art Contemporain de Lyon intitulée La vie Moderne qui se déroule à Lyon jusqu’au 3 janvier 2016.

La-vie-moderne-bac-lyon-2015

Peu de gens le savent, mais les Biennales d’Art Contemporain de Lyon fonctionnent par cycle de 3 autour d’un mot. Après Transmission (qui a donné Le spectacle du quotidien en 2009, Une terrible beauté est née en 2011 et Entre-temps… Brusquement, Et ensuite en 2013), le mot choisi pour les 3 prochaines biennales par son directeur, Thierry Raspail, est Moderne.

Comme pour chaque biennale, il a invité un commissaire, ici le new-yorkais Ralph Rugoff, directeur de la Hayward Gallery à Londres pour le décliner. Et c’est ainsi que le cru 2015 de la Biennale aura pour thème La vie Moderne.

Ralph Rugoff

Et pour illustrer ce thème, Lyon accueille une soixantaine d’artistes venus de 29 pays différents (dont 20% de français).

Je n’ai pas encore eu le temps d’aller voir ce que cela donnait mais voici pour commencer un petit mode d’emploi.

3 lieux emblématiques

C’est devenu maintenant une tradition, les deux lieux principaux de la Biennale sont bien évidemment la Sucrière et le Musée d’Art Contemporain (Attention, cette année, l’entrée de la Sucrière se trouve côté nord, du côté du wagon).

En outre, une œuvre est visible au Musée des Confluences.

Si vous êtes un peu sceptique sur l’art contemporain, ou que vous voulez en savoir plus, je ne saurais trop vous recommander de participer à une visite commentée à la Sucrière les samedis et dimanche à 11h30, 15h et 16h30 et au MAC les samedis et dimanche à 15h. Comptez 5€ de supplément et pensez à réserver.

La Biennale est ouverte du mardi au vendredi de 11h à 18h et le samedi et dimanche de 11h à 19h. Nocturnes jusqu’à 21h (sauf au Musée des Confluences) les vendredis 20 nov. et 11 déc.

Le billet d’entrée coute 15€ (8€ en tarif réduit) et donne accès une fois à chacun des 3 lieux. Si vous voulez revenir, préférez le pass permanent à 25€ pour une personne, 35€ pour deux personnes (carrément le bon plan), 15€ pour les moins de 26 ans.

Les expositions simultanées

En complément de la Biennale, plusieurs lieux emblématiques accueillent des expositions.

C’est le cas du Plateau, la zone d’exposition de l’Hôtel de Région (en face du centre commercial de Confluences) qui accueille une exposition intitulée Ce fabuleux Monde Moderne, où sont exposées une vingtaine d’œuvres issues de la collection du MAC.

Le Plateau vous accueille gratuitement du mardi au vendredi de 11h à 18h et le samedi et le dimanche de 11h à 19h.

Cette année, l’Institut d’Art Contemporain de Villeurbanne (11 rue du Docteur Dolard, 69100 Villeurbanne) est aussi conviée à participer à la fête avec une exposition intitulée Rendez-vous 15 qui accueille la jeune création française et internationale.

L’IAC est ouvert du mercredi au vendredi de 14 h à 18 h et le samedi et dimanche de 13 h à 19 h. Comptez 6€ supplémentaires

Enfin, le Couvent de la Tourette à Eveux près de Tarare accueille une exposition intitulée Anish Kapoor chez Le Corbusier qui propose des œuvres de l’artiste anglais en résonance avec le bâtiment du célèbre architecte.

Le Couvent est ouvert du mardi au dimanche de 14h à 18h30, visites commentées tous les samedis et dimanches après-midi (a priori 14h30 et 15h30)

2011-04-17 Couvent de la Tourette (12)

2 autres plateformes

En parallèle de toutes ces expositions, 2 autres plateformes dédiées à l’art contemporain ont été crées depuis quelques années, à savoir Veduta et Résonance.

Veduta, terme d’origine italienne qui symbolise la vue d’une fenêtre, permet de faire entrer l’art contemporain dans la vie des habitants de l’agglomération en permettant aux amateurs de participer à des projets avec des artistes. Ce sont donc des projets préparés en amont avec les habitants de différentes communes (cette année Chassieu, Givors, Lyon 7ème, Oullins, Saint-Cyr au Mont d’Or et Vaulx-en-Velin), ainsi que la Fondation Bullukian (place Bellecour), l’URDLA (Centre International Estampes et livres, Villeurbanne) et le Musée Africain (cours Gambetta).

Résonance quant à elle, permet tout simplement à tous les acteurs de l’art de la région (Institution Culturelles, Centres d’Art, Galerie) de montrer également leur savoir faire dans ce domaine. Ainsi, ce ne sont pas moins de 200 expositions qui sont programmées dans l’agglomération.

.

Bref, vous l’aurez compris, il y a vraiment beaucoup de choses à voir, alors n’attendez pas trop.

Retrouvez toutes les informations sur le site internet de la Biennale.

.

    6 COMMENTS

  • Le Journal de Chrys
    / Reply

    Tiens tiens… Je n’ai pas encore visité les expos. Voilà qui me donne plein d’idées pour les jours à venir!

    • Anthony
      / Reply

      Oh oui, il y a de quoi faire, entre ça et la nouvelle expo du Musée des Confluences tu as le choix

  • Abds69
    / Reply

    Visité la sucrière, le billet à 15€ un peu cher, mais expo intéressante de part la diversité des artistes. Important de lire les panneaux présentant l’artiste et son oeuvre qui redonnent sens à des objets exposés quelquefois un peu incongrus.
    La vidéo sur le thème fukushima(mais je pense pas que cela soit tourné là-bas) est saisissante.

    • Anthony
      / Reply

      Le billet est aussi valable au Musée d’Art Contemporain. Je ne sais pas cette année, mais d’habitude ça vaut également le coup d’y aller.
      Et oui, c’est important de resituer une œuvre dans son contexte, c’est pour ça que que je conseille carrément d’assister à une visite commentée

  • Monolithes | Who cares ?
    / Reply

    […] attendant de vous donner mon avis sur la Biennale d’Art Contemporain qui a lieu actuellement à Lyon et jusqu’au 3 janvier, sachez qu’il y a plein d’autres […]

  • […] La Biennale d’Art Contemporain de Lyon 2015 s’achève bientôt (le 3 janvier), mais à défaut de vous en parler longuement, j’aimerais faire un zoom sur un des événements périphériques qui m’a le plus plu et dont vous avez encore quelques jours pour profiter, l’exposition Anish Kapoor chez le Corbusier. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *