Whiplash

Bonne année !! Pas de bilan cette année pour moi, permettez-moi juste de vous remercier à nouveau de suivre ce blog régulièrement. Ce sont vos visites, vos commentaires et vos partages qui lui donnent sa valeur. J’espère que vous avez passé de bonnes fêtes de fin d’année et que vous vous êtes bien reposés, car sinon la reprise risque d’être rude. Et ce n’est pas le film dont je vais vous parler aujourd’hui qui va changer la donne.

En effet, je voudrais vous parler d’un film assez dur et très intense qui parlera malgré tout à pas mal de monde, et en particulier aux musiciens (mais pas que). Je veux bien sûr parler de la sensation de la fin d’année 2014 : Whiplash.

Whiplash-affiche

L’histoire

Andrew, 19 ans, a rejoint le Schaeffer Conservatory de New York car c’est la meilleure école de musique, et il rêve de devenir l’un des plus grands batteurs de jazz de son époque. Il touche son rêve du doigt lorsqu’il est sélectionné par Terrence Fletcher, le très exigeant chef du très prestigieux Studio Band, fleuron de l’école. Mais la concurrence est très rude, car le professeur pousse ses élèves dans leurs derniers retranchements dans l’espoir de faire émerger le nouveau « Bird » (le surnom du saxophoniste Charlie Parker dont la vie a été racontée par Clint Eastwood dans le film Bird en 1988). Mais ses méthodes violentes auront-elles l’effet escompté ?

Le jeune réalisateur américain Damien Chazelle, pas encore 30 ans, a d’abord testé le scénario de son film sous ferme de court-métrage, avec lequel il a obtenu le Prix du Jury au Festival de Sundance en 2013. Son adaptation en long métrage a elle obtenu le Grand Prix du jury et le Prix du public dans le même Festival en 2014, ainsi que de nombreux prix dans divers festivals, et notamment à nouveau le Grand Prix du Jury et le Prix du Public au dernier festival de Deauville. Son nom est également évoqué pour les prochains Oscars, pour vous dire l’importance du film.

 Travailler le mental

Ceux qui font de la musique, du sport, ou toute autre activité savent que l’entrainement et la répétition sont importants. Mais ceux qui pratiquent à haut niveau savent que ce n’est pas suffisant, qu’il fait surtout de l’acharnement et du mental. Terrence Fletcher répète à loisir la naissance de « Bird » : à ses débuts, Charlie Parker jouait tellement mal que le batteur Jo Jones lui a, un jour, lancé une cymbale à ses pieds pour le faire taire. Le jeune saxophoniste humilié est rentré chez lui et s’est entrainé comme un forcené en se jurant de ne jamais se faire à nouveau humilier de la sorte. Un an plus tard, il est devenu Bird, l’un des plus grands saxophonistes que le jazz connaitra.

Mais Terrence Fletcher va encore plus loin. Il n’hésite pas à martyriser ses étudiants, les humilier, les mettre en concurrence pour les pousser à sortir le meilleur d’eux-mêmes. On voit ainsi le jeune Andrew s’acharner sur sa batterie après avoir été rabaissé en public, au point d’en ressortir les mains en sang. Le titre du film, Whiplash, signifie coup de fouet, et même s’il fait référence au morceau qu’Andrew travail avec acharnement, difficile de ne pas voir la métaphore du tyran qui martyrise son élève.

Whiplash-4091.cr2

Le jeune Andrew (Miles Teller ) poussé bout

Cet élève est également prêt à tous les sacrifices pour réussir, y compris rompre avec sa petite amie avant même de réellement débuter une relation, car elle l’empêcherait probablement de se consacrer entièrement à sa discipline. On pense à Black Swan de Darren Aronofsky, dans lequel la jeune danseuse s’acharnait sur ses pointes pour interpréter le rôle du cygne noir à la perfection, et on pense aussi aux brimades du sergent Hartman de Full Metal Jacket de Stanley Kubrick (notamment la fameuse scène où il appelle un des hommes Grosse Baleine). Et cela fonctionne puisque le jeune batteur progresse et déploie ses ailes, mais ce n’est malheureusement jamais assez pour l’enseignant. Je vous laisserais découvrir jusqu’où il est capable d’aller…

Whiplash-Terrence-Fletcher

J.K. Simmons interprète Terrence Fletcher dans Whiplash

Full -Metal -Jacket-Hartman

R. Lee Ermey interprète le Sergent Hartman dans Full Metal Jacket

Là où le film est fort, c’est que l’on vit avec Andrew cette montée d’adrénaline qui peut facilement basculer d’un côté (la persévérance pour se surpasser) ou de l’autre (l’abandon se sentant dépassé). Les gros plans sur ses mains ou sur le visage des protagonistes (en particulier Fletcher et ses mimiques) augmentent encore cette intensité, cette tension (quasi-sexuelle ou tout du moins jouissive), dans une esthétique très léchée et soulignée par un jazz, forcément, parfait.

.

Bref, vous l’aurez compris, j’ai beaucoup aimé ce film, et je vous le recommande (même si je ne voterais peut-être pas pour lui aux Oscars…). C’est un film fort et intense qui ouvre facilement la porte à débats : quelle sont les limites d’un entrainement intensif pour faire émerger le talent ? Notamment les parents qui poussent leurs enfants… C’est aussi ce que j’aime dans le cinéma…

.

Tags:
,