Adrien Mondot et Claire Bardainne

Aujourd’hui, je fais un pari. Un pari, parce que des artistes dont je vais vous parler, Adrien Mondot et Claire Bardainne, je ne connais ni le spectacle, ni l’exposition en cours. Pourtant, je voudrais vous en parler car ça me parait très prometteur.

J’avais repéré le précédent spectacle d’Adrien Mondot, Cinématique, l’année dernière au théâtre de Vénissieux, mais je n’avais malheureusement pas pu y assister. Il y a quelques semaines, un collègue m’a parlé d’un spectacle à base de projections numériques au théâtre de Bourg en Bresse et ça m’a rappelé quelque chose… Alors quand j’ai vu que les Subsistances proposaient son dernier spectacle ainsi qu’une exposition, je me suis dit que cette fois je ne pouvais pas le rater. Mais reprenons depuis le début.

Adrien Mondot est un artiste qui inspiré par le numérique. A la base, il est informaticien, mais malgré ce métier réputé austère, il a conservé intacte sa passion pour le jonglage. Il a donc décidé en 2004 de créer son premier projet artistique, convergence 1.0, qui combine, vous vous en doutez, informatique et jonglage.

Il créé alors le logiciel eMotion, qui lui permet de monter des spectacles de plus grande envergure. Ce programme informatique permet de réaliser des projections d’images interactives de mouvements modélisés en temps réel. Aucune idée de comment ça peut bien fonctionner, mais si vous voulez plus d’informations, je suis sûr qu’il sera ravi de vous en donner.

Voici par exemple ce que ça pouvait donner dans le fameux spectacle Cinématique que j’ai raté, et pour le quel il était accompagné de la danseuse Satchie Noro.

.

Aujourd’hui, il s’associe à Claire Bardainne, artiste plasticienne, designer graphique et scénographe. Ensemble, ils ont construit deux choses. D’abord une exposition qui s’intitule xyzt, les paysages abstraits  (xyzt, comme les coordonnées dans l’espace et le temps). Cette exposition interactive rassemble plusieurs installations numériques dans lesquelles le spectateur peut s’immiscer et jouer avec les images lumineuses. Je les cite : « Un parcours comme la traversée d’une nature revisitée. coïncidence entre géométrique et organique, entre réel et virtuel. »

Admirez ce petit teaser qui devrait vous inciter à aller voir cette expo présentée aux Subsistances jusqu’au 30 juin.

.

Et ensuite, un nouveau spectacle, Un point c’est tout, conçu comme une conférence dans laquelle ils nous délivreraient leurs secrets. Les deux artistes nous montrent comment le point est à la base de tout, « motif qui constitue une des briques élémentaires à la construction de matières complexes »

.

Attention, le spectacle ne se joue que 5 soirs, du 26 au 30 juin à 19h30 aux Subsistances.

Edit du 28/06/2012 : j’ai vu l’expo et la conférence-spectacle ce soir, c’est vraiment génial. Courrez vite au moins voir l’expo si vous n’avez pas le temps d’aller au spectacle.

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez sûrement : Live 2.0