Radiostars

Cloitré depuis une semaine à cause d’une patte folle, j’ai eu besoin hier de prendre l’air. Mais avec le temps pourri qu’on a eu ces jours-ci, et sans pouvoir marcher, pas beaucoup de solutions (j’ai bien demandé à mes amis de Yelp, mais bon…). J’ai donc opté pour le ciné.

Pour une fois, je ne voulais pas de film Télérama (j’ai habituellement rien contre, bien au contraire, je suis abonné au magazine depuis de nombreuses années), j’avais envie d’un truc léger. Pas non plus une grosses bouse comme American Pie 4, et pas non plus un blockbuster américain comme The Avengers (même si je suis convaincu qu’il est très bon, c’est juste pas ma came).

 Et le choix de Radiostars s’est avéré parfait pour ce que j’avais.

Parce qu’ils étaient numéro un sur la tranche du matin, les animateurs de Blast FM se sont laissé aller et sont devenus numéro 2. Pour les punir et pour reconquérir leurs auditeurs, leur patron les envoie en tournée dans toute la France pendant l’été. C’est parti pour un road movie à la française pour l’équipe du Breakfast show, à sillonner dans un bus les petits patelins façons France 3 régions. Bien évidemment, c’est au contact des vraies gens que les parisiens vont apprendre la vraie vie…

La tranche du matin étant là pour faire rire, on retrouve dans le film de nombreux dialogues plutôt bien écrits avec quelques bons gags, parfois un peu franchouillards, mais sans être trop lourds. Clovis Cornillac incarne parfaitement la star de radio qui a roulé sa bosse, mais est parfois un peu perdu (est-il la star qui peut tout se permettre ou le has-been qui ne l’a pas vu venir ?). Manu Payet est vraiment comme un poisson dans l’eau, beaucoup plus à l’aise que dans les films où je l’avais vu jouer auparavant (quoi que dans Les Infidèles il était déjà plutôt bon). En plus, il a une collection de T-shirts de groupes de rock qui ferait pâlir bien des aficionados comme moi. A noter d’ailleurs le petit clin d’œil (bien involontaire) aux Beastie Boys dont un des membres est décédé cette semaine.

Côté musique, justement, la BO du film est excellente et fait la part belle au rock indépendant (Vampire Week-end, Poni Hoax, Mathieu Boogaerts, etc.. ). Cela ne correspond pas du tout à ce que pourrait passer Blast FM dans son morning, mais moi j’aime autant ça que LMFA ou Moussier Tombola (vous connaissez cette merde ? J’ai cru à un canular la première fois que j’ai vu ça…)

Bien sûr, vous l’aurez compris, le scénario n’est pas hyper original, l’histoire ne casse pas 3 pattes à un canard et il n’y a pas de surprises, chaque galère est surmontée plutôt aisément. Mais ça reste pour moi un film assez drôle et divertissant, exactement ce qu’il me fallait.

Allez hop, bande annonce :

Si vous ne savez pas quoi faire ce week-end (à part voter, hein, on est d’accord), vous pouvez aller le voir, parce qu’il est déjà sorti depuis quelques temps, il ne va peut-être pas rester éternellement.

Et au passage, un bon plan : à l’UGC Confluence, la place de ciné est à 4.90€ jusqu’au 8 mai sur présentation d’un titre TCL valide.

    6 COMMENTS

  • camilledessayage
    / Reply

    Merci pour le bon plan sur le tarif ciné à Confluence ! Et comment ça, sont pas bons nos conseils sur Yelp ?! 😉

  • Ce n’est pas forcément le film que j’aurais été voir si j’étais en France, mais la bande-annonce n’a pas l’air mal ;o) Bon rétablissement Anthony!!

    • Anthony
      / Reply

      Moi non plus à la base, mais au final c’était très bien

  • rockaknittalova
    / Reply

    Franchement, il me tente bien ce film même si je trouve la BA pourrie. Et pourtant, je suis bien tentée oui ! Pas à une contradiction près, comme toujours 🙂
    Par contre, merde mais Cornillac, il est toujours aussi mauvais ou quoi ?
    Mais Payet a l’air très très bon. Et puis, si tu dis que la bande son est bien, je dis jackpot.

    • Anthony
      / Reply

      Bon, et bien vas le voir et tu me diras ce que tu en auras pensé, alors ?

  • […] pour le côté culturel, on a parlé ciné avec Radiostars, photo avec Andy Barter et ses baisers et littérature avec Les Assises Internationales du Roman […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *