François and the Atlas Mountains

Note : cet article concerne l’édition 2012 du festival Changez d’air. Pour 2011, voir ici et pour 2013, voir .

Je l’ai évoqué dans les concerts à ne pas manquer sur Lyon69, mais je voudrais revenir sur le mini festival Changez d’Air qui aura lieu le week-end prochain à Saint Genis les Ollières (pour lequel je vous avais fait gagner des invits l’année dernière, désolé, pas eu le temps d’en négocier cette année…)

Plus particulièrement, je voudrais revenir sur le groupe François and the Atlas Mountains qui se produira le jeudi 3 mai.

François and the Atlas Mountains, c’est d’abord un homme, François Marry, charentais de naissance, mais exilé pendant plusieurs années à Bristol car attiré par la musique. C’est là qu’il a rencontré ses acolytes et que son inspiration a débuté. Je dis débuté, car si le style global du groupe se situe quelque part autour d’une pop légère, on sent également différentes influences probablement ramenées de voyages dans ses valises : quelques bribes d’Afrique, quelques touches de Maghreb, des envolées jazzy, une once de verdure ou de forêt, et surtout de l’air et de l’eau.

La voix douce mais parfois subtilement éraillée de François appuie la douceur de l’ensemble par son chant tantôt en français, tantôt en anglais. Sur l’album E Volo Love que je vous recommande, Françoiz Breut (dont je vous parlais pas plus tard que la semaine dernière ici et plus tôt ici) vient même le seconder sur une très belle chanson, comme elle le faisait pour son ex-compagnon Dominique A (dont je vais vous parler très très bientôt).

Si vous voulez en savoir plus, je vous invite à lire l’interview de François Mary sur le blog de My Little Discoveries.

Mais écoutons le plutôt :

En plus, ce soir-là, vous aurez également le plaisir d’entendre un autre chanteur qui monte, Rover, ainsi qu’un groupe local que vous avez peut-être déjà vu, Sly the Apollinaire.

Le festival continue le vendredi 4 mai avec un autre régional de l’étape qu’on voit également de plus en plus, Suissa, suivi du pince sans rire Oldelaf (La tristitude) et de Joe Bel.

Enfin le samedi 5, vous aurez droit à Fake Oddity, suivi de Frédéric Bobin et d’Axel Beaupain.

Vous pouvez écouter des morceaux de tous ces articles sur le site du festival.

Et au fait : non, Saint Genis les Ollières ce n’est pas loin, c’est juste à côté de Tassin, à 20 min en voiture de la place Bellecour.

Pour ceux qui auraient une bonne excuse pour jeudi prochain et/ou qui auront adoré, sachez que François and the Atlas Mountains sera de retour à Lyon en première partie de Camille le 27 juillet dans le cadre des Nuits de Fourvière.