Tucson songs : j’y étais aussi

Allez hop, on enchaine directement avec un autre concert vu cette semaine, et encore une fois à l’Epicerie Moderne, Tucson Songs.

(c’est pas du tout l’affiche de la soirée, mais je la trouve super, celle-là (et en plus j’ai pas trouvé l’autre))

A la base du concert, un album, Tucson Songs, donc, écrit et interprété par plusieurs musiciens basés à Tucson. La deuxième ville de l’Etat d’Arizona, proche de la frontière mexicaine jouit d’une aura extraordinaire dans le milieu de la musique. Par un mélange d’inspirations native-américaines, westerns ou mexicaines, de nombreux groupes et collaborations ont vu le jour. Parmi eux, Calexico, bien sûr, mais aussi Giant Sand (qui a pour leader Howe Gelb, mais qui a connu de nombreux invités célèbres tels que PJ Harvey ou Vic Chestnutt). Des musiciens français sont également allé puiser leur inspiration là-bas, comme French Cowboys (ex Little Rabbit), Katerine, Dominique A ou encore son ex-compagne Françoiz Breut.

Tout ce petit monde joue avec tout le monde, c’est l’émulation perpétuelle, et parmi les musiciens, on retrouve la française Marianne Dissard, atterrie là-bas presque par hasard et qui n’en ai jamais repartie, sauf pour des tournées.

Et c’est justement une des artistes que l’on retrouvait ce vendredi soir sur la scène de l’Epicerie Moderne pour la seule date française du groupe. Au fil des sets, tel ou tel musicien était mis en valeur, parfois la française exilée, parfois le guitariste à la voix suave Brian Lopez, parfois le clavier/chanteur Andrew Collberg. Pour le dernier set, on a eu droit à Sergio Mendoza y La Orkestra, un véritable big-band qui a enflammé le public de son mambo endiablé.

Petit teaser de ce que vous avez raté (c’est bizarre un teaser après le spectacle, non ?)

Et puis aussi parce que je suis sympa une petite vidéo prise à l’iPhone, histoire de retranscrire un peu l’ambiance :

A lire aussi un article sur Marianne Dissard et Tucson.

Je sens que vous regrettez de ne pas être venu ? Et bien vous pouvez toujours vous rattraper sur l’album