Quand les livres s’amusent

Dimanche dernier, j’avais enfin décidé d’aller voir l’expo de Robert Combas au Musée d’Art Contemporain de Lyon, mais vu qu’il pleuvait, je n’étais pas le seul à avoir eu cette idée. Je n’avais aucune envie de faire 1h de queue, et j’ai donc abdiqué pour cette fois…

Comme on était parti pour faire un musée, on a décidé de se rendre au Musée de l’imprimerie, dans le 2ème arrondissement de Lyon. Je dois bien vous avouer que je n’avais jamais mis les pieds dans ce musée (et j’ai comme le sentiment que vous non plus, je me trompe ?), pourtant, il renferme des trésors sur un sujet malgré tout assez intéressant.

La collection permanente est très grande (on n’a pas eu le temps de tout voir) et elle parcourt tout l’historique de l’imprimerie, des débuts de l’écriture avec des spécimens de papyrus ou de toile étrusque (et même un bout des tables claudiennes, oui, oui,  comme la rue..), aux machines modernes (enfin semi-modernes), en passant par les presses utilisées avec des coins en forme de lettre (vous savez, comme dans Lucky Luke).

.

Mais ce qui nous amenait ce jour-là, c’était plutôt l’exposition temporaire sur les livres animés : Quand les livres s’amusent, magie et surprises des livres animés d’hier et d’aujourd’hui.

.

On ne dirait pas, mais il en existe de toutes formes et depuis pas mal de temps (le premier date du XIVème siècle il me semble), comme ce traité sur les horloges solaires qui date de 1624 :

Il sont classés en plusieurs catégories. Les Livres à systèmes (tirettes) sont les plus simples et les plus connus, mais il existe aussi les livres pop-up comme les livres théâtres :

Il y a aussi les mélis-mélos bien connus des enfants, où l’on peut choisi par exemple une tête, un corps et des pieds pour créer un personnage de toutes pièces.

Mais dont le principe a été repris par Raymond Queneau pour son livre Cent mille milliards de poèmes :

Il y a également les carrousels :

Ou encore les livres tunnels :

Les artistes ont aussi utilisé ce système, comme par exemple le poème perpétuel La rose et le chien, de Tristan Tzara et Pablo Picasso :

Ou encore de véritables œuvres d’art comme ce petit livre panormaique sur New York :

Ou encore les œuvres de l’artiste UG (Philippe Huger):

Bref, une expo plutôt bien achalandée et super intéressante sur laquelle j’emmétrais quand même deux petites réserves. La première, c’est sur la scénographie de l’expo qui n’est parfois pas très bien étudiée (il faut parfois se baisser très bas pour voir certains livres, et surtout il manque parfois de lumière).

La deuxième, c’est que tous ces beaux livres sont enfermés dans des vitrines et ça, c’est super frustrant !! (même si je comprends bien que ça les abimerait trop)

L’expo se tient donc au Musée de l’imprimerie de Lyon, jusqu’au 24 juin.

13, rue de la Poulaillerie
69002 Lyon (métro Cordeliers)