Ciné O’clock

Note : cet article est dédié à l’édition 2012de Ciné O’Clock. L’édition 2013 se trouve ici.

What time is it ? Chez vous je ne sais pas, mais à Villeurbanne, it’s Ciné O’clock. En effet, depuis aujourd’hui et jusqu’au 7 février, le cinéma le Zola de Villeurbanne organise sa traditionnelle semaine du cinéma britannique et irlandais.  17ème édition du nom, quand même.

.

.

L’occasion de revoir certains bons films que vous avez peut-être raté, notamment l’année dernière, mais aussi de voir des avant-premières. Cette année, il y en a pas moins de 5 !

D’ailleurs, ce soir j’ai eu la chance d’assister à l’avant-première du film Oranges and Sunshine (Les enfants invisibles en français), le premier film de Jim Loach (le fils de Ken) qui sortira dans quelques mois en France (date de sortie encore inconnue).

.

.

Le film raconte l’histoire de Margaret Humphreys, une assistante sociale qui a découvert que le Royaume Uni avait organisé entre 1890 et 1970 la déportation d’environ 130 000 enfants défavorisés en Australie (orphelinats, institutions religieuses, garçons de fermes, etc…). Ils étaient retirés à leurs parents à qui on disait qu’ils étaient adoptés et les enfants de leur côté pensaient que leurs parents étaient décédés.

C’est un film assez fort, basé sur une histoire vraie et méconnue, proche du documentaire, malgré quelques passages romancés (ben oui, c’est quand même du cinéma). C’est un film social évidemment, dans la veine de ceux de son père.
.

.

Autres avant-première vendredi avec Albert Nobbs (de Rodrigo Garcia avec Glen Close), samedi avec So British 2 (6 films d’animations à partir de 6 ans tournées entre 1953 et 1970) et Rock’n Love (de David MacKenzie) ou mardi 7 avec La Dame de Fer (de Phyllida Lloyd, avec Meryl Streep).

Mais ce sera également l’occasion de voir ou revoir Les Grandes espérances et Oliver Twist (deux films d’après Charles Dickens tournés respectivement en 1946 et 1948s par David Lean), Jig (sur les danses irlandaises), Oh my God ! (sur l’invention du meilleur amie de la femme, le vibromasseur), Anonymous (le film de Roland Emmerich sur Shakespeare, pas les hackers…) ou encore L’Irlandais (de John Michael McDonagh).

Certains films sont accompagnés d’un court-métrage, d’autres d’une présentation ou d’un débat, etc…

Bref, il y en a pour tout les gouts et à tout petits prix (6.50€ pour le tarif normal)

Toutes les infos sur le site du festival : http://www.cineoclock.com/

.

    7 COMMENTS

  • villeurbanna
    / Reply

    J’ai vu Rock’n love hier soir (mon dieu, ce titre pourri…). C’était sympa, un petit film rock, avec quelques moments musicaux puisque tourné lors du festival écossais T in the park. ça fait du bien aux oreilles ! J’ai zappé le blindtest car j’avais affreusement faim. J’ai honte…

    • Anthony
      / Reply

      Il ne faut pas, tu fais bien ce que tu veux 😀

  • My Little Discoveries
    / Reply

    Je me rappelle être passée à côté d' »Oranges and Sunshine », d’ailleurs je n’ai vu que « The Iron lady » parmi tous les films que tu cites. J’espère que tu nous donneras ton avis! ;o)
    En tout cas, voilà une chouette initiative!

  • […] en février, on a parlé ciné avec le festival Ciné O’clock de Villeurbanne et le film […]

  • […] Si vous me suivez régulièrement et/ou si vous aimez le cinéma et/ou tout simplement si vous habitez Villeurbanne, vous savez que le cinéma Le Zola est très actif et organise tout au long de l’année plusieurs festivals : court-métrages, cinéma ibérique et latino-américain et bien sûr cinéma britannique et irlandais avec le festival Ciné O’Clock. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *