Eric Prost

16/10/2011

Comme vous l’aurez remarqué, mes gouts musicaux sont assez éclectiques. Pour tout vous dire, j’ai également joué du saxophone pendant pas mal d’années. Du coup, je me suis naturellement intéressé au jazz (même si je ne suis pas à fond dedans comme les vrais aficionados).

A l’occasion de cours ou de rencontres de saxophones, j’ai eu le plaisir de côtoyer certains musiciens qui ont persévéré et sont devenus maintenant très bons, et notamment Eric Prost. Ce lyonnais d’origine mâconnaise a beaucoup de talent et s’investit en permanence dans de nombreux projets.

En 1995 déjà, il est un des co-fondateurs du Crescent Jazz Club, à Mâcon, avec quelques acolytes passionnés de jazz comme lui. Ces jeunes inconscients, du fond de leur caveau, créent alors le Collectif Mu, qui enregistrera un magnifique album live et sera lauréat de nombreuses récompenses.

.

 .

Pour info, le Crescent continue de proposer toute l’année de super concerts, et il organise un festival gratuit en été (j’ai pu voir Bojan Z l’année dernière, c’était génial). Et Mâcon, c’est pas si loin de Lyon…

.

.

Eric Prost également participé activement au dynamique et moderne big band L’O.E.U.F (Orchestre Energétique à Usage Fréquent) que j’ai pu voir à Saint Fons il y a de ça quelques années, ça bougeait bien. Dommage qu’ils ne tournent plus pour l’instant.

.

.

 .

Evidemment, il  a également accompagné de nombreux musiciens, que ce soit dans le domaine du jazz, aux côté de Wayne Shorter, Wynton Marsalis, Steve Grossman, Christian Vander (Magma), ou des musiques actuelles (les lyonnais de Meï Teï Sho, Outside Project, etc…).

Pour les yeux attentifs, vous aurez également pu l’apercevoir dans l’orchestre qui accompagnait les invités de Manu Katché l’année dernière dans quelques épisodes de One Shot Not (notamment avec Sarah Blasko, de mémoire).

.

.

Il anime également une fois par mois les jam sessions Vandojam (au Périscope), en partenariat avec le fabricant d’anches (le bout de bois que l’on met sur le bec du saxophone) Vandoren.

Mais son bébé actuel, c’est son quartet, EP4, constitué il y a déjà quelques années, et pour lequel il puise son inspiration aussi bien chez Coltrane ou Sonny Rollins que chez Björk (sa reprise de Joga m’avait donné la chair de poule il ya quelques années à la Croix Rousse pour une fête de la musique…). Il est accompagné de Bruno Ruder au piano, de Jérôme Regard à la contrebasse et de Stephane Foucher à la batterie.

.

.

Si je vous parle d’Eric Prost aujourd’hui, c’est que cette semaine, vous n’aurez pas une, mais deux opportunité d’aller l’écouter jouer :

Mardi soir à 20h avec EP4 au Théâtre de l’Astrée, sur le campus de la Doua à l’occasion du festival Un Doua de Jazz

Et jeudi soir à 21h30 en invité du trio de David Bressat trio à La Clé de Voute, 1 place Chardonnet dans le 1er arrondissement de Lyon.

.

Vous pouvez écouter quelques morceaux sur son myspace ou sur le site de son label et voici également quelques vidéos (pas faciles à trouver) :

.

Avec l’Oeuf :

.

Avec Vincent Strazzieri lors d’une Vandojam :

.

Et pour finir, une interview à l’ocasion du festival du Crescent 2011 :

.

.

    3 COMMENTS

  • My Little Discoveries
    / Reply

    C’est un bel instrument, le saxophone! Et j’aime bien une petite soirée jazz de temps en temps ;o)

  • […] évidemment, avec Azealia Banks, I chase the devil, I’m from Barcelona, le festival Just Rock, Eric Prost et […]

  • […] dans cette nouvelle aventure. Et en particulier, au saxophone, Eric Prost dont je vous avais parlé ici, et à la batterie, Hadrien Santos Da Silva. Sur l’album, on entend aussi des cuivres, un […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *