12 hommes en colère

11/04/2011

Tout comme je ne suis pas spécialiste de la peinture, je ne suis pas spécialiste des classiques du cinéma, mais j’aime encore assez. D’ailleurs, je ne profite pas assez de l’Institut Lulmière qui est à 10 min de chez moi et sur lequel je reviendrai très bientôt.

Du coup, quand j’ai entendu que Sidney Lumet était décédé samedi dernier, à l’âge de 86 ans, je savais que j’avais déjà entendu ce nom, mais je n’aurais pas pu vous citer un de ses films. Ensuite, je me suis rendu compte que c’est lui qui avait réalisé le célèbre film 12 hommes en colère. J’ai vu ce film en cours de philo (ça nous rajeunit pas…) et je l’avais beaucoup aimé. Réalisé en 1957, ce film est l’adaptation d’un téléfilm écrit par le scénariste Reginald Rose (qui a aussi écrit des épisodes de la 4ème dimension, ça aussi c’était bon !).

Le film raconte l’histoire d’un jury de tribunal qui doit se prononcer sur la culpabilité d’un jeune hispanique accusé du meurtre de son père et pour lequel il risque la peine de mort. La décision des membres du jury doit être unanime et sur les 12 hommes présents, onze votent coupable. Seul le juré numéro 8, joué par Henri Fonda, émet des doutes et s’évertuera pendant tout le film à convaincre ses partenaires en leur expliquant que la vie de ce garçon méritait bien quelques instants de réflexion. Je ne vous dirais pas s’il réussit pour ne pas vous spoiler le film (et surtout parce que je ne m’en rappelle plus 😀 ).

Ce film a reçu de nombreux prix (Ours d’or à Berlin, nominations aux Oscars, etc…) et a même été élu 7ème meilleur film de l’histoire du cinéma au classement du site internet IMDb (Internet Movie Database). Il a ensuite été repris de nombreuses fois, au cinéma, mais surtout au théâtre (Avec Michel Leeb récemment, et je crois que c’était pas si mal).

Un truc lu sur wikipedia que je trouve génial : « Au fur et à mesure du tournage, le réalisateur Sidney Lumet utilisa des objectifs de focales croissantes, de sorte que les décors semblent se rapprocher des protagonistes, accroissant le sentiment d’étouffement. ». C’est pas terrible, ça ? Enfin si ça se trouve c’est courant comme procédé, mais moi je ne connaissais pas.

En tout cas, ce serait bien si Arte (ou une autre chaîne) voulait bien passer ce film pour lui rendre hommage.

En attendant, voici un petit extrait

N’hésitez pas à commenter avec ses films que vous avez aimés, par exemple.