Chagall et l’avant-garde russe

10/04/2011

La semaine dernière, je suis allé à Grenoble avec des amis pour voir l’exposition Chagall et l’avant-garde russe. Cette expo, qui dure jusqu’au 13 juin au musée de Grenoble, fait partie des projets hors-les-murs du Centre Pompidou, puisque les 150 œuvres présentées sont issues des collections du musée national d’art moderne.

Affiche de l’expo, tirée de Double portrait au verre de vin

J’ai vraiment envie de vous en parler, histoire de changer un peu des concerts, mais je pense que je ne suis pas très fort pour parler de peinture, car je n’y connais pas grand-chose. Ce sera donc assez descriptif.

D’abord, il faut bien dire que l’expo aurait plutôt du s’appeler « L’avant-garde russe featuring Chagall, Kandinsky, Malevitch, Gontcharova et plein d’autres » (mais ça l’aurait peut-être pas trop fait…). En effet, le nom de Chagall est surtout là pour attirer le public, mais il est à peine plus présent que ses compatriotes (un peu) moins connus. Ça ne change rien à la qualité de l’expo et des œuvres, mais c’est peut-être un peu décevant pour ceux qui s’attendent à voir que du Chagall.

Bon, mais Chagall, c’est qui, d’abord ? Marc Chagall est né en 1887 en Biélorussie (qui faisait parti de l’empire russe à l’époque), il est ensuite venu habiter à Paris, a été nationalisé français en 1337 et est mort à Saint Paul de Vence en 1985. Il se considérait « comme un peintre russe et [il] aime beaucoup cela. ». De fait, bien qu’ayant habité la majeure partie de sa vie en France, l’histoire de la Russie et des juifs a beaucoup marqué son travail. Je vous conseille également de prendre l’audio-guide qui vous permettra d’en savoir un peu plus sur le contexte et l’Histoire autour de ses œuvres.

Chagall – (pas retrouvée le nom de ce tableau, désolé)

Chagall – La noce

Il n’est pas présenté ici, mais sachez que Chagall a également peint le plafond de l’Opéra de Paris en 1964.

Comme je vous l’ai expliqué plus haut, l’exposition présente également de nombreuses œuvres d’autres artistes russes de la même époque. On retrouve par exemple les œuvres suivantes :

Natalia Gontarova – La lampe électrique

Kandinsky – Der Vogel


Kandinsky – Improvisation III


Jacques Lipchitz – Marin à la Guitare


Croix Noire – Malevitch,  typique du suprématisme


Alexandre Rodtchenko – L’escalier (constructivisme)


Iakov Chenikov – Fantaisie architecturale


Bref, une sorte de fourre-tout russe, mais avec une certaine cohérence quand même. Je vous recommande donc cette exposition, surtout que Grenoble n’est pas si loin que ça de Lyon, et c’est une très belle ville. Toutes les infos sur le site du musée.

    6 COMMENTS

  • My little discoveries
    / Reply

    Intéressant! Ca fait longtemps que je n’ai pas été voir une expo de peinture…

  • […] Who cares, really ? Mes découvertes culturelles (à Lyon, principalement) Aller au contenu AccueilAbout ← Chagall et l’avant-garde russe […]

  • nomdezeusfabuleux
    / Reply

    Ben il est très bien cet article, continue ! On aurait aimé connaitre tes impressions plus personnelles. Sinon comment va Grenoble ? ma ville natale snif… 🙂

  • […] Côté expo, je vous ai parlé de Chagall et l’avant-garde russe. […]

  • luzycalor
    / Reply

    Excellent, super choix de photos.

  • […] qui rappellent les constructivistes russes comme Rodchenko ou Malevitch (cf quelques images de l’exposition sur l’avant garde russe). Elles lui demandent pourtant en général une semaine de travail, parfois plus quand il découpe […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *