On Vous Ment ! (pour la 4ème fois)

Mes amis, l’heure est grave, je vous le dis tout net : On vous ment ! Non, je n’ai pas versé dans la théorie du complot, je veux juste vous parler de la 4ème édition de On vous ment !, le festival documenteur qui aura lieu du 2 au 5 mai.

C’est quoi un documenteur ?

Oui, vous avez bien lu, j’ai bien écrit documenteur, mot inventé par Agnès Varda (la réalisatrice tristement disparue il y a quelques semaines) pour son film éponyme. Et donc c’est quoi un documenteur ? Et bien c’est un film de fiction qui prend la forme d’un documentaire. A l’heure des « fake news » (qu’est-ce que je déteste cette expression), mettre l’accent sur cette forme de cinéma est plutôt bienvenue (même si la majorité de ces films ne se revendiquent pas documentaires mais bien films de fiction).

Le festival s’articule donc bien évidemment autour de projections, avec 4 films en compétition :

  • The death and life of Otto Blum, film australien de 2016, réalisé par Cris Jones, vendredi 3 mai à 20h au Cinéma Comœdia
  • Love Possibly, film britannique de 2018 réalisé par Michael Boccalini & Che Grant, samedi 4 mai à 20h30 au Cinéma Lumière Bellecour
  • Gonjiam : haunted asylum, film coréen de 2018, réalisé par Jeong Beom-Sik, samedi 4 mai à 22h30 au Cinéma Lumière Terreaux
  • In praise of nothing (L’éloge du rien), film Serbe, Français, Croate et Suisse de 2017 réalisé par Boris Mitic, dimanche 5 mai à 18h15 au Cinéma Lumière Bellecour

Et qui dit compétition dit jury. Cette année, ce sont trois acteurs / réalisateurs qui auront la lourde tâche de récompenser les films en lisse : Maurice Barthélémy (qui fait semblant de tomber à la perfection), Steven Berkoff (vu dans de nombreux films comme Orange Mécanique, Barry Lindon, le Flic de Beverly-Hills, Octopussy, Rambo 2, etc…) et Richard Sammel (également vu dans de nombreux films comme Taxi 3, la Vie est Belle, OSS117, Inglorious Bastards, Un Village Français, etc…).

Mais également, hors compétition :

  • Best in show (Bêtes de scène), film américain de 2000 réalisé par Christopher Guest, jeudi 2 mai à 20h au Cinéma Zola, soirée d’ouverture agrémentée d’un show inédit
  • Sélection de courts-métrage, samedi 4 mai à 11h15 au Cinéma Lumière Terreaux
  • Belle à mourir, film américain de 2000, réalisé par Michael Patrick Jann, dimanche 5 mai à 20h à l’Aquarium Ciné Café

Mais aussi d’autres animations

Cette année, le QG du festival sera au Paradox (c’est plutôt bien trouvé), nouveau lieu culturel métamorphe (quoi que ça veuille dire…) et bar associatif situé près de la place Sathonay, notamment samedi de 14h à 1h et dimanche de 14h à 18h.  Au programme, projections de courts-métrages, table-rondes, jeu de société, concours d’anecdotes, workshop (comment résister à un kidnapping extraterrestre (sic)), stands divers (librairie, divination, etc..), et grosse soirée samedi soir.

Retrouvez tout le programme sur le site internet du festival ou sur facebook.

 

Laisser un commentaire