J’y étais : Chalon dans la rue

Si vous me suivez sur Instagram, vous avez dû voir que le week-end dernier, je suis allé passer 2 jours à Chalon sur Saône, pour un festival que j’affectionne particulièrement, le festival Chalon dans la rue.

Chalon dans la rue

Le festival de Chalon dans la rue commence à être un ancêtre dans le domaine du spectacle de rue, puisque le week-end dernier, plus exactement du mercredi 18 au dimanche 22 juillet, a eu lieu la 32ème édition. Depuis sa création en 1987, le festival a bien grandi, pour être aujourd’hui une référence du genre. Nouveauté cette année, la nouvelle direction (Pierre Duforeau & Bruno Alvergnat) a choisi de transformer le festival en Festival des Espaces Publics, avec en sous-titre et fil conducteur « Etre bête – point d’interrogation ».

Le Festival se compose d’un IN avec une quinzaine de compagnies invitées, et d’un OFF auquel plus de 140 compagnies participent, la plupart jouant leur spectacle chaque jour, voire plusieurs fois par jour. Ce qui donne un total de plus de 1000 représentations sur les 5 jours. Théâtre, cirque, danse, acrobatie, jonglage, feu, théâtre d’objets, marionnettes, etc… il y en a vraiment pour tous les gouts. Et bien sûr, le grand intérêt de la formule est de voir les artistes au plus près. Le terme de spectacle vivant prend tout son sens.

Les spectacles sont quasiment tous gratuits, mais sachez que les compagnies du OFF (les plus nombreuses) ne sont, à ma connaissance, pas rémunérées. Prévoyez donc un peu de monnaie pour le chapeau qui passera à la fin.

Des spectacles variés

Le premier jour, on a vu 3 spectacles : un spectacle qu’on pourrait qualifier de clowns, vraiment très frais (malgré la chaleur) et très drôle,  une pièce de théâtre burlesque sur le thème de la restauration (je n’ai pas vraiment accroché, même si les comédiens étaient plutôt pas mal dans leurs rôles), un spectacle de feu prometteur mais qui ne s’est visiblement pas déroulé comme prévu et qui nous a donc un peu déçu, et enfin un défilé de mode complètement décalé et décadent.

Odyssée à ski, par la compagnie Brati v Tricku sur le parking Lapray

La dernière symphonie, par la compagnie Doedel à l’Abattoir

La dernière symphonie, par la compagnie Doedel à l’Abattoir

Défilé Dékalé, par le Collectif ZO Production, à l’Abattoir

Défilé Dékalé, par le Collectif ZO Production, à l’Abattoir

Défilé Dékalé, par le Collectif ZO Production, à l’Abattoir

Le deuxième jour, on a vu (un peu par hasard parce qu’on est arrivés très très en avance), un super duo de chansons anarcho-féministes a capela, une pièce de théâtre musical burlesque vraiment hilarante (et très bonne musicalement parlant), et un spectacle solo de théâtre d’objets (auquel je n’ai pas trop accroché).

Le Tout de Chant de l’Intruse, par la compagnie L’Intruse dans la cour du Musée Nicéphore Niépce

Désaccords parfaits, par la compagnie Zique à Tout Bout d’Champ dans la cour du Musée Nicéphore Niépce

Les Curieuses, par la compagnie Agathe dans le vent

Les Curieuses, par la compagnie Agathe dans le vent

Conseils pratiques

Si, il y a quelques années, on pouvait se balader dans les rues et s’arrêter au gré de notre envie et de nos découvertes, ce n’est aujourd’hui plus possible. Le festival a pris de l’ampleur, et si vous n’arrivez pas au moins 1/2h en avance, vous avez de très fortes chances de vous retrouver au mieux très loin avec 12 rangs de personnes débout devant vous. Dans les cas de lieux fermés à jauge limitée (chapiteau, yourte, salle ou autre caravane, par exemple), vous ne pourrez tout simplement pas rentrer. Parfois, il vous faudra aussi faire la queue pour la billetterie (souvent gratuite).

Mon conseil sera donc de préparer votre journée, ou au minimum votre premier spectacle. Vous pouvez par exemple regarder le planning sur le site internet du festival, ou si vous êtes déjà dans les parages, acheter le Journal de Saône et Loire qui offre en supplément le planning du jour, avec tous les spectacles heure par heure, avec le lieu associé (pour préparer le trajet). Quand vous patienterez tranquillement assis dans l’herbe grasse (ou le goudron bien chaud, habillez-vous en conséquence :- ) ), vous aurez tout le loisir de planifier le spectacle suivant en prenant en compte le temps et la distance.

Rendez-vous en 2019 pour la 33ème édition.

ttp://www.chalondanslarue.com/

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *