Guignol 14-18 : mobiliser, survivre

Il faudrait vraiment que je prenne l’habitude d’aller voir les expositions dès leur ouverture pour pouvoir vous en parler tranquillement et qu’ensuite vous ayez un peu de temps pour aller les voir. Car une fois n’est pas coutume, je vais vous parler d’une exposition qui se termine bientôt (dimanche 28 février pour être précis) aux Musées Gadagne : Guignol 14-18 : mobiliser, survivre.

guignol-affiche

Au premier abord, je ne vous cache pas que l’intitulé de l’exposition était un peu mystérieux pour moi (quelle est le rapport entre Guignol et la Première Guerre Mondiale ?), et vu que je ne suis pas forcément un fan d’Histoire, je ne m’en suis pas plus préoccupé. Mais mon amour pour Lyon et ma curiosité m’ont malgré tout incité à pousser les portes de ces musées (il y en a 2, d’où le pluriel) pour aller faire une visite commentée de cette exposition. Et bien m’en a pris.

Petit rappel historique

La marionnette de Guignol, tout comme celle de son ami Gnafron et de sa femme Madelon, est née aux environs de 1808 de l’imagination de Laurent Mourguet, un canut (travailleur de la soie) reconverti en colporteur et arracheur de dents (mais oui !). A cette époque, et jusqu’au début du 20ème siècle, les distractions sont rares et assez sommaires, et le théâtre de marionnettes est très populaire, notamment à Lyon.

Guignol pendant la guerre

L’exposition nous montre à travers de nombreux éléments la façon dont le personnage de Guignol a été utilisé durant la Première Guerre Mondiale.

Comme Guignol était une figure rassurante, il a beaucoup été utilisé pour la propagande, que ça soit au niveau des enfants (jeux anti « boches », ou Guignol tapant sur un allemand à la place du traditionnel gendarme) ou des adultes, pour les emprunts nationaux, par exemple. A l’inverse, Guignol étant à la base assez rebelle et vindicatif contre les patrons et la bourgeoisie, cet aspect là a été utilisé pour des éléments de contre propagande satirique pour critiquer les planqués et les profiteurs.

Guignol 14-18 propagande

Guignol 14-18

Et sur le front lui-même on retrouve des traces de Guignol. Au départ, l’armée souhaite gommer tous les particularismes régionaux pour créer une sorte d’unité française, mais très vite on s’aperçoit que ces identités régionales sont en réalité nécessaires au moral des troupes. Les combattants lyonnais dans les tranchées sont donc autorisés à organiser des séances de théâtre de Guignol, soutenus entre autres par 2 lyonnais, les frères Neichthauser, qui ont envoyé des marionnettes sur le front.

IMG_8225

IMG_8253

Enfin on retrouve aussi des marionnettes dans les hôpitaux, pour redonner un peu de sourire aux blessés (l’ancêtre des associations comme Docteur Clown, Le Rire Medecin ou autre).

Bref, si vous êtes curieux d’en savoir un peu plus sur le patrimoine lyonnais, filez vite cette semaine aux Musées Gadagne pour voir cette exposition. Des visites commentées sont organisées pendant les vacances, c’est peut-être un peu plus vivant que visiter seul.

Plus d’informations sur le site internet des Musées Gadagne.

Musées Gadagne
1 place du Petit Collège
69005 Lyon
04 37 23 60 46

ouvert du mercredi au dimanche de 11h à 18h30

.

.