Alela Diane

Il y a quelques semaines, je n’avais pas eu le temps de vous parler de San Fermin avant leur concert à Lyon organisé par le Petit Bulletin et j’en suis désolé. Pour ce nouveau PB Live, l’hebdomadaire culturel lyonnais frappe encore très fort, puisque c’est une papesse du folk des temps modernes qu’il nous invite à écouter en concert le jeudi 12 juin, Alela Diane.

Alela Diane

Je vous avais déjà parlé d’elle, mais c’était il y a trèèèèèèèès longtemps (voir ici), alors je vous fais une petit session de rattrapage.

Alela Diane est une chanteuse californienne de 31 ans qui nous ravit de sa folk depuis quelques années déjà. Son premier album, The Pirate’s Gospel, a été classé parmi les 10 meilleurs albums de 2007 par Les Inrockuptibles. C’est vrai que les chansons de cet album, portées par une simple guitare et une voix reconnaissable entre mille sont tout simplement superbes.

Après un deuxième album dans la même lignée, To Be Still en 2009, le troisième, Alela Diane and Wild Divine, beaucoup plus pop avec plus d’instruments, recevra un succès plus mitigé auprès du public et des critiques, mais il n’en reste pas moins très bon quand même. Il continent, entre autres, une de mes chansons préférées, Elijah.

Son dernier album, About Farewell, sorti en juin 2013, est un retour aux sources, seule avec sa guitare (ou presque), avec des textes poignants inspirés par une rupture amoureuse (c’est fou ce que ça donne comme belles chansons les ruptures amoureuses…).

Elle n’a pas sorti d’album récemment, mais nul doute que sa récente maternité lui aura également inspiré des nouvelles chansons.

Rendez-vous donc jeudi 12 juin à la Salle Rameau, avec Ronan Siri en première partie.

.