Biennale Musique en scène

Il y a quelques semaines, je vous parlais de l’expo Listen Profoundly (toujours en cours au MAC, en parallèle de Motopoétique, foncez, foncez) en vous expliquant qu’elle fait en réalité partie de la Biennale Musique en Scène dont je vous avais promis de parler.

BMES_2014-2

Je suis un peu à la bourre, puisque la Biennale a commencé le 5 mars et qu’elle finit demain, mais il vous reste encore une petite chance de voir quelques manifestations.

Musique en scène est un événement qui existe depuis une vingtaine d’année, mais c’est seulement en 2002 que ses organisateurs, le Grame, centre national de création musicale, ont décidé d’en faire une biennale. Le but est de faire découvrir la musique contemporaine au grand public, que celle-ci ne soit pas accessible à tous et pas réservée aux élites comme ont pourrait le penser.

Le thème retenu pour cette 7ème édition est Dans le nuage, représentation très contemporaine de notre société où les réseaux, le cloud, sont omniprésents. Mais le nuage est également un thème omniprésent dans les arts d’une manière générale, principalement pour son côté poétique et onirique.

Peut-être avez-vous d’ailleurs aperçu le gros nuage qui flotte au dessus de l’office du tourisme, ou encore les conteneurs répartis un peu partout en ville ? C’est parce que le Grame a souhaité que cette biennale ait encore plus d’ampleur et de résonance que les précédentes.

capturedecran20140204a163247

Pendant deux semaines, Lyon (et quelques autres lieux épars) aura donc célébré 60 compositeurs pendant 60 manifestations publiques, dont 20 créations mondiales et 10 premières françaises dans une vingtaine de lieux parfois incongrus : musées, théâtres, mais aussi jardins, cafés, espaces publiques, etc…

Parmi les compositeurs célébrés, l’allemand Heiner Goebbels est en particulier mis à l’honneur. N’ayez pas honte de ne jamais en avoir entendu parler, c’est un peu le drame de la musique contemporaine, bien qu’il soit mondialement reconnu dans ce milieu.

Porträt Prof. Heiner Goebbels

HeinerGoebbels – Crédit photo Wonge Bergman

La biennale finit donc demain, et il ne vous reste plus beaucoup de temps. Mais quand même 2 événements majeurs auront justement lieu demain, la journée Cumulus et la soirée de clôture.

La balade en concert a lieu de 11h à 22h, et vous êtes invités à découvrir de nombreux événements dans tout Lyon, par exemple le long des Rives de Saône (Passerelle du palais de justice, promenade de Rochetaillée, défilé de Saône, bas-port Gillet), mais aussi dans des théâtres, musées et autres lieux institutionnels. Ce sera par exemple la dernière occasion de voir l’installation Le Jardin des songes au Musée Gadagne (entrée libre), où les rêves que les lyonnais ont déposé depuis quelques semaines sont utilisés en directe et en simultané à Lyon et à New York. Plus d’infos ici.

A 15h30, ne manquez pas le projet SmartFaust aux Subsistances, grand concert participatif où le public sera mis à contribution par le truchement d’une application installée sur son smartphone (contemporain, on vous dit). Plus d’infos ici.

Même idée de concert participatif pour la Soirée de clôture qui aura lieu au Théâtre de la Croix Rousse (10€). Au milieu d’œuvres symphoniques plus conventionnelles, interprétées par des musiciens professionnelles, vous serez invités à faire sonner vos téléphones portables pour clore en beauté cette biennale.

Qui a dit que la musique contemporaine était barbante ?

Plus d’informations sur le site de la Biennale Musique en Scène.

.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *