Amanda Fucking Palmer

Vous connaissez des artistes que vous avez découverts à travers des blogs ? J’espère que oui, sinon j’avoue que je serais un peu déçu. Moi j’en ai découvert pas mal, et c’est notamment chez Nom de Zeus Fabuleux que j’ai découvert Amanda Palmer.

  .

Amanda Palmer, qui se fait maintenant appelé Amanda Fucking Palmer, est une artiste américaine difficile à résumer. Si elle s’est essayée à diverses formes de théâtre (mise en scène, spectacles de rue), elle est principalement connue pour sa musique, qu’elle pratique depuis l’adolescence. C’est notamment à travers sa rencontre avec le groupe de rock indus The Legendary Pink Dots qu’elle a pris son essor dans les années 90.

Plus tard, la voilà en duo avec le batteur Brian Viglione (qui joue parfois avec Nine Inch Nails) pour former The Dresden Dolls, un groupe de « cabaret punk brechtien » (encore le théâtre) d’après ses propre mots. Encore une fois, vous trouverez plus d’infos sur ce groupe sur l’article de Nom de Zeus Fabuleux.

.

On la trouve également en solo dans son projet Who killed Amanda Palmer, inspiré de Qui a tué Laura Palmer, le pilote de la série Twin Peaks de David Lynch (le même qui a inspiré Kad et Olivier pour leur film Qui a tué Pamela Rose). Pour cela, elle a collaboré avec de nombreux artistes, dont le musicien Ben Folds (leader de Ben Folds Five), ainsi que des photographes qui ont mis en image sa mort (fictive, je vous rassure).

Parmi ses autres projets, on peut notamment citer son album conçu en Australie, Amanda Palmer Goes Down Under, sorti en 2011 où elle parle notamment de la ressemblance entre la carte de la Tasmanie et la toison pubienne. En effet, en tant que féministe, elle milite contre la norme d’épilation féminine qui « fait passer [les filles qui se rasent] pour des gamines de huit ans ».

 

.

Quelle n’a pas été ma surprise l’année dernière, quand j’ai vu son nom sur le site de mon ex coloc australien, Jim Batt, qui est réalisateur de court-métrages. En effet, après s’être brièvement rencontrés, ils ont décidé de réaliser un clip pour la chanson In My Mind dans un hôtel désaffecté. D’après Jim, la décision a été prise en quelques heures et le tournage s’est fait en une journée.

 .

Ensuite, pour financer son nouvel album, elle a lancé une souscription sur le site internet Kickstarter et nous explique le concept de son projet grâce à une petite vidéo à nouveau réalisée par Jim. La souscription a largement dépassée ses espérances puisqu’elle a réussi à réunir plus d’1 million de dollars.

 .

Il y a quelques semaines Amanda et Jim ont récidivé, en poussant encore un cran au dessus. C’est ainsi qu’est né le clip de Want It Back, entièrement tournée en stop motion (image par image) avec un appareil photo 7D. Le résultat est vraiment bluffant et a été acclamé par la critique, comme par exemple sur le site du journal anglais The Guardian.

 .

Le tournages a duré 3 jours et heureusement qu’Amanda pratique assidument le yoga et la méditation pour arriver à rester calme aussi longtemps. En effet, chaque lettre a été écrite sur son corps, et prise en photo, image par image. Vous imaginez le boulot ?!

L’album d’Amanda Fucking Palmer, Theatre is Evil est prévu le 3 septembre et elle sera en concert à Paris le 2 Novembre (n’est ce pas Nom de Zeus Fabuleux…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *